Recherche
Recherche

0 € à 1.500.000 €

More Search Options
Nous avons trouvé 0 résultats
Résultat de votre recherche

immobilier rue de Metz

Posté par immo du palais sur 7 mai 2019
| 0

Immobilier rue de Metz à Toulouse

Immobilier rue de Metz Toulouse

Tout sur l’ Immobilier du rue de Metz ses appartements ses maison ses immeubles en vente ou location….

Estimation gratuite des appartement maison immeuble de l’immobilier de Toulouse

Comment vendre votre bien immobilier du rue de Metz ?

Habitat communication est le spécialiste de la vente immobilière dans le quartier historique.

Vous pouvez nous demander votre estimation.

C’est simple il vous suffit de nous contacter

Un professionnel immobilier vous contactera pour un rendez-vous.

Habitat-communication.com, c’est aussi un site de passionné et expert en immobilier de centre ville.

 

Envoyez nous un mail ou contactez nous au  05 61 53 70 29

Histoire du rue de Metz

Au Moyen Âge, la rue de la Trilhe appartient au capitoulat de la Daurade. La rue, au débouché du Pont Vieux, puis du Pont Neuf, est très fréquentée. Les marchands de produits alimentaires sont nombreux, à cause de la proximité, à l’angle de la rue de la Trilhe et de la rue des Couteliers (no 2), des Boucheries de la Ville ou Boucheries du Pont-Vieux. On trouve également plusieurs auberges et hôtelleries, ainsi, au commencement du xvie siècle, l’Hôtellerie de la Tête d’Or, qui devint, en 1550, l’Hôtellerie du Dauphin (actuel no 8). Les membres de l’élite toulousaine sont également présents. En 1533, le capitoul Jacques de Lagorrée fait construire un premier hôtel, reconstruit vers 1571 par son fils, Jean-Baptiste de Lagorrée, docteur et banquier, capitoul en 1565-1566 ː il possédait une cour de style Renaissance ornée de galeries et d’une haute tour avec sa vis de pierre (actuel no 3). Les Boucheries de la Ville sont désaffectées en 17221.

Le projet de création de ces deux grandes voies qui traverseraient la ville remonte au xviiie siècle. En 1776, les capitouls font établir un projet de nouvelle rue entre le Pont-Neuf et la Porte Saint-Étienne, et d’une autre entre la Porte des Minimes (actuelle place Arnaud-Bernard) et la Porte du Château (actuelle place du Parlement). Le projet, très coûteux, est cependant retardé et finalement abandonné. La municipalité toulousaine préfère se consacrer à l’élargissement et à l’alignement des rues déjà existantes. En 1827 et 1830, la ville achète quelques maisons pour élargir l’entrée de la rue du Pont-Neuf, face à la place du même nom2.

Pendant la période révolutionnaire, en 1794, la rue de la Trilhe ou du Pont-Neuf fut rebaptisée rue de l’Honneur. Ce nom ne subsista pas et toutes ces rues reprirent leurs noms précédents, jusqu’aux travaux de percement de la nouvelle rue Transversale3.

En 1865, le projet de création des rues Longitudinale (actuelle rue d’Alsace-Lorraine) et Transversale (rue de Metz) est définitivement adopté et reçoit l’autorisation ministérielle. Le premier tronçon de la rue Transversale doit relier la place du Pont-Neuf à la nouvelle place Esquirol. Il faut pour cela absorber la rue du Pont-Neuf et éventrer l’ilot de maisons entre les rues des Marchandsdes Changes et Malcousinat, pour aboutir devant le nouveau Marché couvert de la place Esquirol, dont la construction commencée le 12 mai 1863 n’était pas encore achevée. Il est d’ailleurs projeté d’aménager, en face du Marché, une place triangulaire qu’on ne fit jamais, et d’élargir les rues qui contournent le Marché couvert sur les deux côtés2.

Le percement de la rue date de 1869 et est réalisé par l’architecte Jacques-Jean Esquié4 sous le nom de « rue Transversale ». Le déblaiement, de la place du Pont-Neuf à la place Esquirol, est entrepris en 1869 et terminé en 1871. C’est lors de la démolition des immeubles du côté nord de la rue du Pont-Neuf qu’on découvre les substructions du théâtre romain. En 1869, c’est en construisant la maison qui fait l’angle de la rue de la Bourse (no 11) qu’on trouve, à 10,70 msous le sol, un égout romain5.
Le percement de la rue, entre 1869 et 1871, a fait disparaître des rues plus anciennes. Au Moyen Âge, la partie de la rue qui s’étendait de la place de Gauthier d’Aigremont (actuelle 
place du Pont-Neuf) à la rue des Paradoux portait le nom de rue de la Chapelle-Gauthier, à cause d’une chapelle construite par ce Gauthier d’Aigremont qui se trouvait sur la place. Elle portait également le nom de rue du Pont-Vieux, nom qu’elle partageait avec des rues voisines qui débouchaient toutes au Pont Vieux de la ville (partie de l’actuelle rue Peyrolières et de la descente de la Halle-aux-Poissons). À la fin du xive siècle apparut aussi la désignation de rue de la Trilhe, qui se maintint jusqu’au xviiie siècle, et faisait référence à la famille de La Trilhe, qui possédait des maisons dans cette rue et dans celle des Couteliers. À partir du xvie siècle, le souvenir de cette famille commença à s’effacer et le nom fut altéré en rue de la Treilhe ou de la Treille. Après les travaux de dégagement et d’aménagement de la place du Pont-Neuf, dans la première moitié du xviie siècle, la rue de la Trilhe fut naturellement connue comme la rue du Pont-Neuf6.

Elle prend son nom actuel à la suite d’une décision du conseil municipal en 18737.

Tous les immeubles du côté nord de la rue sont reconstruits dans le même temps. Sur le côté sud, toutes les maisons ont conservé leurs façades du xviiie siècle, sauf les no 16 à 20. De la rue de la Bourse à la place Esquirol, la nouvelle rue est percée à travers les immeubles construits après 1766, sur les terrains de l’ancienne Maison Professe des Jésuites.

Durant la Seconde Guerre mondiale, « l’état Major » de Belgique à Toulouse s’installe au Grand Hôtel afin d’aider policiers et militaires à gérer les flux de réfugiés belges arrivant à Toulouse8.

 

  • Recherche avancée

    0 € à 1.500.000 €

    More Search Options
  • Calculez votre emprunt

  • Laissez nous votre avis

    Jacques Estanove
    Jacques Estanove
    11:32 11 Mar 19
    Une agence immobilière pour les beaux appartements de Toulouse , les maisons de charmes, propriétés autour de Toulouse.
    Chloé COURTIL
    Chloé COURTIL
    08:41 28 May 18
    Agence immobilière de prestige et de qualité qui vend de très jolies appartements dans le centre ville de Toulouse. Je vous la recommande!
    Sophie Marsault
    Sophie Marsault
    13:58 07 May 18
    L'agence immobilière habitat communication, nous a aidé à vendre notre appartement et nous les remercions pour leur professionnalisme et leur réactivité. Nous vous recommandons cette agence qui nous a très bien accompagné tout au long du processus et des démarches de la vente.
    Maud Lacoste
    Maud Lacoste
    15:38 25 Apr 18
    Une agence immobilière spécialisée dans les beaux appartements du centre ville de Toulouse, je vous la recommande vivement!
    Charles Sans
    Charles Sans
    09:45 18 Apr 18
    Une agence immobilière de qualité, qui nous à permis de vendre mon appartement au centre ville en moins de 15 jours. Merci à eux.
    Virgile B. TORRES
    Virgile B. TORRES
    21:45 02 Dec 17
    Des partenaires aimables et sérieux dans les biens de prestige !
    lafabrique française
    lafabrique française
    00:02 24 Jul 16
    Quel bonheur dans cette jungle des agents immobiliers en tous genres de trouver enfin une personne de bons et judicieux conseils! La recherche de mon bien tant convoité, s'est avérée simple et efficace, la négociation tres professionnelle et tous nos échanges des plus réactifs. Si vous êtes à la recherche d'un bien en hypercentre je recommande cette agence qui mettra tout en œuvre pour dénicher la perle rare dont vous rêviez avec le plus grand professionnalisme. Je recommande vivement.
    Voir tous les avis
Call Now Button

Comparer les annonces